Menu

Recherche




Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

1 Les effets du bruit sur la santé

BRUITS DE VOISINAGE ET BRUITS DE CIRCULATION

 

" Nous ouvrons nos fenêtres sur l'autoroute pour ne pas entendre nos voisins ".
Plusieurs témoignages de riverains d'aéroport vont dans le même sens :
" Je suis plus gêné par la sono du voisin que par les avions ". " Je suis plus gêné par les aboiements du chien du voisin que par le TGV".

Le professeur Dominique LAPLANE, neuropsychiatre, constatait que certains de ses patients, ayant dû déménager à cause " d'un bruit de voisinage " se déclaraient moins perturbés par le bruit de circulation important et au nombre de décibels plus élevé. Le bruit de voisinage, c'est :
LA VIOLATION DE LA VIE PRIVÉE.
L'INTRUSION INJUSTIFIÉE D'UNE AUTRE VIE DANS LA VÔTRE.
LA MENACE CONSTANTE D'UNE AGRESSION QUI N'EST DU RESTE PAS SEULEMENT SONORE.


Le bruit de circulation est un bruit de fond dont on peut se protéger par une bonne isolation acoustique (mieux vaut réduire le bruit à la source) ; il est anonyme.

Un bruit personnalisé est beaucoup plus mal ressenti qu'un bruit impersonnel.
CE QUI REND LE BRUIT DE VOISINAGE INSUPPORTABLE (quelle qu'en soit l'origine, particulier ou collectivité), C'EST QU'ON LE SAIT ÉVITABLE.
DE PLUS, ON LE SAIT EN INFRACTION , RÉPRÉHENSIBLE ET CONDAMNABLE.
BRUIT NOCTURNE, qui empêche l'indispensable sommeil.

Le sommeil représente un temps de récupération physique et psychique, un mécanisme de défense protégeant le sujet des agressions du monde extérieur, absolument indispensable à la vie.

L'accoutumance au bruit est un mythe.

Le nombre de personnes faisant usage de somnifères est important, surtout chez les personnes de plus de 50 ans, dont le sommeil est plus fragile.
" TOUT BRUIT NOCTURNE QUI TROUBLE LA TRANQUILLITÉ DES HABITANTS EST CONSIDÉRÉ COMME EXCESSIF " (Note de la Chancellerie).


EFFETS DU BRUIT SUR LA STRUCTURE DU SOMMEIL

L'intrusion du bruit a des effets nets qui se caractérisent par un raccourcissement de la latence d'apparition du premier épisode de sommeil paradoxal, une réduction de la durée du sommeil profond et par une augmentation des réveils en cours de nuit.
Ces changements de sommeil par les bruits irréguliers sont donc plus marqués que ceux induits par une augmentation monotone des niveaux de bruit nocturne. Persistance des modifications de la structure du sommeil ou des réactions cardio-vasculaires (1).

(1) Extraits de la synthèse des travaux de recherches effectuée par : Jacques MOURE - Maître de conférence à l'Université CLAUDE BERNARD -Lyon 1 et Michel VALLET, Directeur de Recherche à l'Institut National de recherche sur les transports et leur sécurité - Lyon-Bron.










 

 

 

 

 


Date de création : 22/10/2011 - 21:08
Dernière modification : 22/01/2015 - 19:26
Catégorie :
Page lue 510 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
^ Haut ^